L’histoire loufoque de « air climatisé » et « air conditionné »

On sait que l’histoire de la formation du bon usage linguistique québécois a été et reste marquée par, entre autres facteurs, l’évitement de l’anglicisme. Pour des raisons qui tiennent à la situation historique, politique et géographique du Québec, l’anglicisme a toujours été perçu comme la plus grande menace au français. Cela conduit bien entendu à un grand souci de tout traduire et également d’éviter toute ressemblance avec l’anglais. Quand, en plus, s’y mêle une longue tradition de correction de fautes et comparaison avec le français de France, il y a parfois des situations plutôt drôles qui illustrent bien les dérapages de notre tradition grammairienne-puriste. L’exemple de « air climatisé » et « air conditionné » est assez intéressant à cet égard.

L’histoire commence en 1906 avec la création du terme « air conditioning » par Stuart Cramer aux État-Unis pour décrire un procédé de traitement de l’air à des fins industrielles. Dans la même année, Wlliam Carrier obtient un brevet pour un autre procédé de traitement de l’air. Les premières applications de rafraîchissement d’espaces occupés par des humains commencent dans les années 20 dans les grands magasins. C’est à partir de ce moment que l’on verra les magasins et autres commerces afficher « air conditioned ».

Sans avoir les dates précises, je crois bien que c’est vers cette époque que l’on voit apparaître ce terme au Québec et sa traduction « air climatisé ». C’est d’ailleurs le terme encore le plus utilisé aujourd’hui. Évidemment, il n’était pas question d’utiliser « air conditionné ». Encore aujourd’hui, bon nombre de Québécois sont convaincus que « air conditionné » est un anglicisme évident à éviter. D’ailleurs, je lisais il y a quelques jours un livre traduit en France de l’anglais américain, livre dans lequel un lecteur québécois avait rayé systématiquement tous les « air conditionné » et mis « air climatisé » à la place.

Or les choses se sont gâtées lorsque les grammairiens-puristes québécois ont regardé ce qui se disait en France et ont constaté, sans doute avec quelque étonnement, que les Français disaient « air conditionné ». À première vue, on pouvait croire qu’il s’agissait d’un autre exemple de la préférence française pour les anglicismes là où les Québécois aiment mieux traduire. En fait, il semble que la traduction québécoise était au départ viciée. Voici ce qu’écrit Gérard Dagenais à ce sujet en 1967 dans son Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada :

«L’expression air conditionné désigne un « air auquel on a donné une certaine température, un certain état d’humidité, une certaine pression, dont on a assuré la pureté ».

L’action de soumettre l’air à ces conditions est le conditionnement de l’air. On conditionne l’air pou qu’il soit agréablement respirable et plus sain ou pour qu’il se prête correctement à certains travaux, à certaines expériences, comme on conditionne des articles en les présentant sous un emballage propre à en favoriser la vente.

La climatisation est le « conditionne de l’air dans une salle ou dans un véhicule ». On dit d’une salle dont l’air a été conditionné qu’elle est climatisée. Le dispositif employé pour climatiser une salle est un conditionner d’air s’il s’agit d’un simple appareil ou une installation de climatisation s’il s’agit d’un ensemble d’appareils. Un climatiseur est un « conditionneur d’air d’appartement ». Il est correct de dire que l’air d’une salle climatisée est conditionné. AIR CLIMATISÉ est un barbarisme. »

Et maintenant qu’il est établi que « air conditionné » est le bon terme, qu’est-ce qu’on fait de l’usage québécois du barbarisme « air climatisé »? On a vu qu’il n’y a pas de problème avec « climatiseur » pourvu qu’il s’agisse de l’espace qui est climatisé et non pas l’air. Et il y a l’abréviation « la clime ». Le verbe « climatiser » n’est pas du tout mauvais en soi. La situation est plutôt embêtante. « Air climatisé » fonctionne parfaitement mais est erroné selon les grammairiens. « Air conditionné » est censé être plus correct mais fait anglicisme. Personnellement, je ne vois aucune objection à l’utilisation de « air climatisé » puisque c’est notre usage. Encore une fois on constate ce conflit entre une certaine norme et l’usage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :